Contact

L'ETRANGE CAS DU DOCTEUR ESCULA

Fin du XIXème siècle. Une grande demeure habitée par un médecin réputé, Henri Escula. Vivant seul avec son unique domestique Cornélia, depuis la mort brutale de ses parents, Henri retrouve un sens à sa vie quand sa fiancée Roselise, vient occuper les lieux. Mais très vite, la jeune femme se retrouve confrontée à un étrange mystère: au sous-sol, une pièce fermée à double-tour qui lui est interdite. C'est le laboratoire du docteur où il se livre à des expériences pour faire avancer la médecine. Mais Roselise a rapidement des doutes sur ce que cache réellement ce lieu interdit. Et l'étrange servante Cornélia ne fait qu'aggraver ses craintes. Heureusement l'arrivée d'une nouvelle domestique, Marthe, va faire oublier à Roselise toutes ses interrogations. Mais l'inquiétant secret du docteur ne tardera pas à hanter de nouveau l'esprit de sa bien-aimée...

Texte et Mise en scène de Magali Gouyon  



Avec les élèves Enfants et Supérieur -  Sacha Panero (Henri Escula), Margaux Lefrère (Roselise), Coline Cargnelutti (Cornélia), Marie Simonot

(Adèle), Charlotte Marcoul (Catherine Decour), Gaïa Di Sangro-Raso (Marthe) & Thomas D'antonio (Louis Decour), Alicia Forio (Madeleine Decour)

Cléo Lottermoser (Ismérie), Nayan Adani, Paloma San Martin, Alexandre Manani (les enfants des cauchemars) 



Régie - Romuald Rodriguez Lopez, Nicolas Grégoire, Monique Gouyon   



Création soutenue par le Conseil départemental des Alpes-Maritimes et la Ville de Cannes 

EXTRAIT


Catherine:  Mais c’est vrai que vous m’avez fait du mal, mes enfants. Vous avez osé proférer des mensonges à mon égard. Vous avez osé dire au docteur que c’était moi qui était folle. Moi qui ais toujours pris soin de vous. Moi qui serais morte pour vous. Ingrats ! Vous allez payer votre mauvaise conduite. Vous allez subir les pires traitements qui soient… Mais, non ! Je raconte n’importe quoi… Le docteur Escula voulait en fait m’éloigner de vous pour pouvoir vous guérir à sa manière… Et s’il échouait… S’il vous rendait encore plus malheureux que vous ne l’êtes. S’il vous tuait !… Non je ne lui donnerai pas cette opportunité. Je préfère m’en charger moi-même. Vous serez sereins, une fois tout ce mal extirpé de votre chair. En d’autres temps, on aura vu le diable en vous. Mais ces croyances désuètes ont fait place à des réflexions tout aussi inquiétantes. Le mal serait en nous. Le mal serait nous. Nous serions nous-mêmes nos propres bourreaux. Nous ne pouvons plus nous cacher derrière une malédiction, derrière le malin. Non… Nous devons avoir peur de nous-mêmes. Nous devons nous protéger de nous-mêmes. Car nous pourrions dépasser les limites de la raison… Et devenir un monstre...

 SAISON 2012

U-TOPIQUE COMPAGNIE

Utopiquecompagnie©2018